« La capitale charentaise de la petite champagne », vous salue bien ! Sa douceur de vivre fut chantée par l’enfant célèbre du pays, Jacques Chardonne (le Bonheur de Barbezieux). Du haut de ma colline, je surplombe deux vallons : le Condéon et le Trèfle. Ma fondation remonte au IXe siècle : alors que toute la région était en guerre, les chanoines de Bordeaux créèrent une ville forte sur le plateau. Je traversai, non sans profondes blessures, la guerre de Cent Ans et les guerres de religion. De ce passé mouvementé, je garde de nombreux vestiges.

Mon château conserve de l’ancienne forteresse du XIe siècle, une robuste porte d’entrée dite « porte Notre-Dame » encadrée de deux massives tours rondes à mâchicoulis. Cet édifice a été restauré par Marguerite de La Rochefoucauld. Il est classé Monument Historique, abrite la société archéologique et un petit musée. A ses pieds, vous pourrez jouir d’un beau point de vue sur la campagne de « Petite Champagne » et sur les vignobles.

Arrière du Château de Barbezieux

Barbezieux château 03

Ma Vieille Ville qui entoure le château est très pittoresque avec ses maisons anciennes bordant des rues aux noms évocateurs : rue du Four, rue des Hautes-Douves, rue des Basses-Douves, rue du Bourg Enfouché, rue du Puits-du-Prêche.

En 1043 fut érigé un prieuré clunisien : Notre-Dame. Il fut à l’origine de mon église Saint-Mathias, l’un des plus vastes sanctuaires du diocèse d’Angoulême. Cet édifice doit son patronyme au fait qu’il contenait le chef (la tête) de Saint-Mathias. Les pèlerins y affluèrent. Hélas cette relique disparut en 1562. L’église Saint-Mathias fut ruinée pendant la guerre de Cent Ans et restaurée au XVe siècle.

barbezieux eglise

Mon hôtel de ville (actuel hôtel des impôts) date du XVIIIe siècle, ainsi que quelques maisons voisines.

Orné d’un cadran solaire, le « Minage » (où l’on mesurait le blé et le sel) se présente comme un bel édifice à arcades du XVIe siècle.

Je m’enrichis d’une multitude de logis.

Le logis de l’Etang est une ancienne seigneurie, entièrement remaniée au XIXe siècle. (Propriété privée).

Le logis du Parc est une vaste construction rectangulaire munie de deux tours rondes couvertes en poivrière. Ses origines remontent au XVIe siècle mais il a été remanié au XIXe siècle. Une terrasse avec balustrade agrémente cette demeure. (Propriété privée)

Le logis de Saint-Seurin est une vaste construction du XVIIIe siècle. Dans les communs on remarque une porte dont la clef est ornée de motif végétal et porte la date de 1701 et qui proviendrait de la petite église de Saint-Seurin, voisine du logis.

Le logis La Foucaudie se présente sous la forme d’une demeure rectangulaire à un étage recouvert de tuiles mécaniques. Cette construction qui a été profondément remaniée, est entourée d’eau.

Le fief de Baudry domine la vallée de la Viveronne. C’est un bâtiment rectangulaire à un étage aux murs épais. Il n’a plus jamais été habité depuis 1896.

La gastronomie est à l’honneur dans ma localité réputée pour ses volailles (le chapon de Barbezieux) et bien sûr pour son cognac. La vie culturelle florissante la possibilité de pratiquer de nombreux sports, fait de mon bourg un endroit où il fait bon vivre.

Foires le premier mardi du mois dans mon centre-ville.

 

Tous ces textes sont la propriété de Marie-Bernadette Dupuy.